Principal Sciences Et Technologie Comment identifier les biais cognitifs : 12 exemples de biais cognitifs

Comment identifier les biais cognitifs : 12 exemples de biais cognitifs

Les biais cognitifs sont inhérents à notre façon de penser, et beaucoup d'entre eux sont inconscients. Identifier les préjugés que vous ressentez et que vous entendez dans vos interactions quotidiennes est la première étape pour comprendre le fonctionnement de nos processus mentaux, ce qui peut nous aider à prendre des décisions meilleures et plus éclairées.

Aller à la section


Neil deGrasse Tyson enseigne la pensée et la communication scientifiques Neil deGrasse Tyson enseigne la pensée et la communication scientifiques

L'astrophysicien de renom Neil deGrasse Tyson vous apprend à trouver des vérités objectives et partage ses outils pour communiquer ce que vous découvrez.



comment devenir documentariste
Apprendre encore plus

Qu'est-ce que le biais cognitif ?

Un biais cognitif est une notion forte et préconçue de quelqu'un ou de quelque chose, basée sur des informations que nous avons, percevons avoir ou manquer. Ces idées préconçues sont des raccourcis mentaux que le cerveau humain produit pour accélérer le traitement de l'information, pour l'aider rapidement à donner un sens à ce qu'il voit.

Les nombreux types de biais cognitifs servent d'erreurs systématiques dans la façon de penser subjective d'une personne, qui proviennent de ses propres perceptions, observations ou points de vue. Il existe différents types de préjugés vécus par les gens qui influencent et affectent notre façon de penser et de nous comporter, ainsi que notre processus de prise de décision.

Comment les biais cognitifs ont-ils un impact sur notre façon de penser ?

Les préjugés empêchent les gens d'échanger des informations exactes ou de déduire des vérités. Un biais cognitif déforme notre pensée critique, conduisant éventuellement à perpétuer des idées fausses ou des informations erronées qui peuvent être préjudiciables aux autres.



comment prendre soin du bambou porte-bonheur

Les préjugés nous conduisent à éviter les informations qui peuvent être importunes ou inconfortables, plutôt que d'enquêter sur les informations qui pourraient nous conduire à un résultat plus précis. Les biais peuvent également nous amener à voir des modèles ou des connexions entre des idées qui ne sont pas nécessairement là.

Neil deGrasse Tyson enseigne la pensée scientifique et la communication Dr Jane Goodall enseigne la conservation Chris Hadfield enseigne l'exploration spatiale Matthew Walker enseigne la science d'un meilleur sommeil

12 exemples de biais cognitifs

Il existe de nombreux biais cognitifs communs que les gens présentent. Voici quelques exemples de biais courants :

  1. Biais de confirmation . Ce type de biais fait référence à la tendance à rechercher des informations qui soutiennent quelque chose que vous croyez déjà, et est un sous-ensemble particulièrement pernicieux des biais cognitifs – vous vous souvenez des succès et oubliez les échecs, ce qui est un défaut du raisonnement humain. Les gens vont repérer les choses qui comptent pour eux et rejeter les choses qui ne le font pas, ce qui conduit souvent à l'effet autruche, où un sujet se met la tête dans le sable pour éviter les informations qui pourraient réfuter leur point d'origine.
  2. L'effet Dunning-Kruger . Ce biais particulier fait référence à la façon dont les gens perçoivent un concept ou un événement comme étant simpliste simplement parce que leur connaissance à ce sujet peut être simple ou manquante - moins vous en savez sur quelque chose, moins cela peut sembler compliqué. Cependant, cette forme de biais limite la curiosité – les gens ne ressentent pas le besoin d'explorer davantage un concept, car il leur semble simpliste. Ce biais peut également amener les gens à penser qu'ils sont plus intelligents qu'ils ne le sont en réalité, car ils ont réduit une idée complexe à une compréhension simpliste.
  3. Biais intra-groupe . Ce type de préjugé fait référence à la façon dont les gens sont plus susceptibles de soutenir ou de croire quelqu'un au sein de leur propre groupe social qu'un étranger. Ce biais a tendance à supprimer l'objectivité de tout type de processus de sélection ou d'embauche, car nous avons tendance à favoriser ceux que nous connaissons personnellement et que nous voulons aider.
  4. Biais égoïste . Un préjugé égoïste est une hypothèse selon laquelle de bonnes choses nous arrivent lorsque nous avons fait toutes les bonnes choses, mais de mauvaises choses nous arrivent à cause de circonstances indépendantes de notre volonté ou de choses que d'autres prétendent. Ce biais se traduit par une tendance à blâmer les circonstances extérieures pour les mauvaises situations plutôt que de prendre la responsabilité personnelle.
  5. Biais de disponibilité . Également connu sous le nom d'heuristique de disponibilité, ce biais fait référence à la tendance à utiliser les informations dont nous pouvons nous souvenir rapidement lors de l'évaluation d'un sujet ou d'une idée, même si ces informations ne sont pas la meilleure représentation du sujet ou de l'idée. En utilisant ce raccourci mental, nous considérons que les informations dont nous pouvons le plus facilement nous souvenir sont valides et ignorons les solutions ou opinions alternatives.
  6. Erreur d'attribution fondamentale . Ce biais fait référence à la tendance à attribuer les comportements particuliers de quelqu'un à des stéréotypes existants et non fondés tout en attribuant notre propre comportement similaire à des facteurs externes. Par exemple, lorsqu'un membre de votre équipe est en retard à une réunion importante, vous pouvez supposer qu'il est paresseux ou manque de motivation sans tenir compte des facteurs internes et externes comme une maladie ou un accident de la route qui a conduit au retard. Cependant, lorsque vous êtes en retard à cause d'un pneu crevé, vous vous attendez à ce que les autres attribuent l'erreur au facteur externe (pneu crevé) plutôt qu'à votre comportement personnel.
  7. Biais rétrospectif . Le biais rétrospectif, également connu sous le nom d'effet de savoir-faire, se produit lorsque les gens perçoivent les événements comme étant plus prévisibles une fois qu'ils se sont produits. Avec ce biais, les gens surestiment leur capacité à prédire un résultat à l'avance, même si les informations dont ils disposaient à ce moment-là ne les auraient pas conduits au bon résultat. Ce type de parti pris se produit souvent dans les sports et les affaires mondiales. Le biais rétrospectif peut conduire à un excès de confiance dans sa capacité à prédire les résultats futurs.
  8. Biais d'ancrage . Le biais d'ancrage, également appelé focalisme ou effet d'ancrage, concerne ceux qui s'appuient trop fortement sur la première information qu'ils reçoivent - un fait d'ancrage - et fondent tous les jugements ou opinions ultérieurs sur ce fait.
  9. Biais d'optimisme . Ce biais fait référence à la façon dont nous, humains, sommes plus susceptibles d'estimer un résultat positif si nous sommes de bonne humeur.
  10. Biais de pessimisme . Ce biais fait référence à la façon dont nous, humains, sommes plus susceptibles d'estimer un résultat négatif si nous sommes de mauvaise humeur.
  11. L'effet halo . Ce biais fait référence à la tendance à laisser notre impression d'une personne, d'une entreprise ou d'une entreprise dans un domaine influencer notre impression globale de la personne ou de l'entité. Par exemple, un consommateur qui apprécie les performances d'un micro-ondes qu'il a acheté auprès d'une marque spécifique est plus susceptible d'acheter d'autres produits de cette marque en raison de son expérience positive avec le micro-ondes.
  12. Biais du statu quo . Le biais du statu quo fait référence à la préférence de garder les choses dans leur état actuel, tout en considérant tout type de changement comme une perte. Ce biais se traduit par la difficulté de traiter ou d'accepter le changement.

Cours de maître

Suggéré pour vous

Cours en ligne enseignés par les plus grands esprits du monde. Approfondissez vos connaissances dans ces catégories.



Neil de Grasse Tyson

Enseigne la pensée scientifique et la communication

En savoir plus Dr Jane Goodall

Enseigne la conservation

En savoir plus Chris Hadfield

Enseigne l'exploration spatiale

En savoir plus Matthew Walker

Enseigne la science d'un meilleur sommeil

comment faire germer un noyau de pêche
Apprendre encore plus

Comment réduire les biais cognitifs

Pensez comme un pro

L'astrophysicien de renom Neil deGrasse Tyson vous apprend à trouver des vérités objectives et partage ses outils pour communiquer ce que vous découvrez.

Voir la classe

Même si les biais cognitifs sont omniprésents dans tous les systèmes, il existe des moyens de remédier à vos angles morts :

  1. Être conscient . La meilleure façon d'empêcher les biais cognitifs d'influencer votre façon de penser ou de prendre des décisions est d'être conscient qu'ils existent en premier lieu. La pensée critique est l'ennemie des préjugés. En sachant qu'il existe des facteurs qui peuvent modifier notre façon de voir, d'expérimenter ou de nous souvenir des choses, nous savons qu'il y a des étapes supplémentaires que nous devons prendre pour former un jugement ou une opinion sur quelque chose.
  2. Défiez vos propres croyances . Une fois que vous êtes conscient que votre propre pensée est fortement biaisée, contestez continuellement les choses que vous pensez être un bon moyen de commencer le processus de débiaisation, en particulier lorsque vous recevez de nouvelles informations. Cela peut vous aider à élargir votre bassin de connaissances, vous donnant une meilleure compréhension du sujet.
  3. Essayez une approche à l'aveugle . Surtout dans le cas du biais des observateurs, les chercheurs mènent des études à l'aveugle pour réduire la quantité de biais dans les études scientifiques ou les groupes de discussion. En limitant la quantité d'informations influentes qu'une personne ou un groupe de personnes reçoit, ils peuvent prendre des décisions moins affectées.

Quelle est la différence entre l'erreur logique et le biais cognitif?

Les biais cognitifs sont souvent confondus avec des erreurs logiques. Un biais cognitif fait référence à la façon dont nos schémas de pensée internes affectent la façon dont nous comprenons et traitons les informations. Une erreur logique fait référence à une erreur de raisonnement qui affaiblit ou invalide un argument. Les biais cognitifs sont des erreurs systématiques dans la façon de penser subjective d'une personne, tandis que les erreurs logiques concernent les erreurs d'un argument logique.

Apprendre encore plus

Obtenez l'abonnement annuel MasterClass pour un accès exclusif aux leçons vidéo enseignées par des maîtres, dont Neil deGrasse Tyson, Paul Krugman, Chris Hadfield, Jane Goodall, et plus encore.

avec quoi nettoyer le cuir